mercredi 31 janvier 2018

CHARADE

Image inspirée par la lecture du roman 
de Laurent Loison


C'est le tout premier roman de cet auteur, mais à la lecture rien n'y paraît. 
C'est du lourd et une ingéniosité littéraire en matière de thriller !
Lorsque Florent Bargamont, commissaire solitaire du 36 Quai des Orfèvres, se retrouve avec une coéquipière (Emmanuelle de Quézac) sur les bras, il est loin de se douter qu'avec cette jeune criminologue, sa future enquête va les entraîner sur les traces d'un machiavélique tueur en série.
"Le tueur à la charade", comme il l'a si bien nommé, redouble d'atrocités à chaque meurtre et joue avec lui en semant près des cadavres une enveloppe contenant une phrase énigmatique.
Mais comment l'auteur a-t'il  pu avoir l'idée de toutes ces tortures ?
Les personnages sont attachants et même si le commissaire fait un peu cliché au début, les combats personnel, interne au service et contre l'assassin qu'il mène, redorent son blason au fil des chapitres !
L'auteur a su créer une super équipe d'enquêteurs grâce à l'écoute et l'entraide qui font tomber les réticences du commissaire.
Il a joué avec mon estomac sur chaque scène de crime. Judicieusement il a su m'entraîné avec "Barga", Emmanuelle et Loïc dans les impasses pour que les rebondissements soient plus intenses. 
Mais il n'oublie pas quelques bouffés d'air frais avec un soupçon d'humour décalé !
Je me suis retrouvée face à une énigme complexe où l'intrigue est astucieuse et perverse.
Si perverse, que lorsqu'un nom m'est venu en tête au sujet de l'identité de l'assassin, j'étais fichue et j'ai tourné les pages à vive allure. Il fallait que je sache ...
C'est le rebondissement final, savoureux à merveille et magistralement bien mené, qui m'a révélé si j'avais vu juste.
Un thriller que vous n'oublierez pas d'avoir lu !


Lecture de janvier 2018
Thriller Français
Livre dédicacé
Lien vers l'auteur



vendredi 26 janvier 2018

Hé cool, la Seine !

Image inspirée par la lecture du roman
de Cicéron Angledroit


Mon 6ème RDV lecture avec cet auteur et sa bande de joyeux lurons !
Cette fois-ci, Cicéron le détective accompagné de Momo et René est chargé de retrouver le producteur de télé réalité, Gérard Manvussa, qui a disparu.
De son côté, le commissaire Saint Antoine se retrouve avec un noyé inconnu, sur les bras !
Lorsque le producteur réapparaît comme un cheveu sur la soupe, Saint Antoine refile son noyé et sa fliquette à Cicéron afin de mener l'enquête. 
Si le noyé qui est tout nu l'embarrasse, pour Vaness' ce sont ses vêtements dont il se débarrasse !
Vous l'avez compris, encore beaucoup d'humour dans ce récit.
Dans ce roman, Cicéron (l'auteur) a tout bon ! J'ai trouvé un équilibre entre son côté déjanté, sa façon de mener les enquêtes et ses frivolités. 
Au fil des chapitres, l'histoire prend de la consistance, même si le ton est toujours léger. 
Son détective avance toujours au radar mais mine de rien, tout ce tient. Momo, René, Vaness' deviennent de bons équipiers même si chacun carbure à sa dope !
Entre rebondissements d'enquête et aventures aventureuses, j'ai découvert un détective au grand coeur qui prend soin de sa famille qui s'agrandit à chaque roman.
Et que dire du dénouement ? 
Pas de surprise, toujours aussi surprenant !!! 

PS: Roman qui devrait-être remboursé par la Sécu en tant que bon antidépresseur ;) 

Lecture de janvier 2018
Polar Français
Livre qui m'a été dédicacé
Lien vers l'auteur


mercredi 24 janvier 2018

Le prix de la mort

Image inspirée par la lecture du roman 
de Patrick Caujolle


Dans ce roman, l'auteur à travers son intrigue nous plonge dans le quotidien d'une brigade de police du Quai des Orfèvres.
Un ancien patron du 36 est retrouvé assassiné dans son appartement. Le mot "Trahison" écrit avec du sang sur un mur, est le seul indice qui démarre l'enquête du capitaine Gérard Bastide. D'autres meurtres vont suivre, avec à chaque fois une mise en scène particulière mais rien de palpable. La fine équipe de Gérard s'embourbe à chaque rebondissement dans des fausses pistes à travers Paris et ses catacombes. Mais au fil des chapitres, tout s'accélère lorsque d'infimes petits détails sont repérés. 
Oh! si infimes, mais ...
C'est avec un jargon flic qui donne du réalisme au récit, que l'auteur m'a entraîné dans cette histoire.
J'ai suivi pas à pas de Paris au Québec les investigations d'une équipe soudée autour d'un capitaine  qui aime son métier et la nuit.
L'auteur de par son vécu d'ancien fonctionnaire de police et sa plume, a su me donner l'impression de vivre au réel avec ses enquêteurs et m'a permis d'arriver à la même conclusion pour aboutir au dénouement.
Je comprends mieux maintenant sa sélection au Prix des Orfèvres 2017. 
Car tous les ingrédients d'un bon polar sont dans celui-ci !

Lecture de janvier 2018
Polar
Livre
Lien vers l'auteur

vendredi 12 janvier 2018

ELWIG de l'Auberge Froide

Image inspirée par la lecture du roman 
de Claudine Candat


Avec ce roman, l'auteure m'a entraîné dans une intrigue originale et très prenante, mi fantastique mi psychologique.
Une surprise m'attendait à chaque chapitre. Je suis passée de 2005 à 1963 à 1805 ... découvert qu'en tombant de vélo il était possible de se retrouver à cheval ...
Tout commence en juillet 2005 lorsque trois cadavres de jeunes filles sont découverts sur les bords du Tarn et la disparition de Michel Leduc, médecin légiste.
Puis 1963, François Domps se mettant à l'abri d'un orage à l'Auberge Froide dans la Forêt Noire, est transporté en 1805 et devient Franz qui tombe, pour son plus grand malheur, sous le charme d'Elwig von Sankt Märgen, à la beauté entêtante.
Et quand par la suite j'apprend qu'en 1962, Elwig Kaminski, troublant sosie d'Elwig de 1805, est retrouvée étranglée .....
Là je me dis que l'Auberge doit être une sorte de vortex temporel, mais ...
L'auteure, germaniste de formation, m'a plongé dans l'histoire allemande de la période Napoléonienne à celle de 39/45 et exploite à merveille la synchronicité tel que la concevait Karl Gustav Jung.
Ses personnages ont leur double, voire leur triple pour certains et voyagent beaucoup.
Les chapitres défilent rapidement entre meurtres, brassages de population, familles détruites ou éclatées et relations amoureuses tumultueuses !
Et lorsque le dénouement arrive ... je me dis que j'ai bien fait de rencontrer cette auteure !


Lecture de janvier 2018
Roman
Livre dédicacé
Lien vers l'auteure

mercredi 3 janvier 2018

Ma vie de PAF

Image inspirée par la lecture du roman " Ma vie de PAF "
de Martial Maury


Un roman qui va faire rire bien des mères au foyer ... ou pas !
Il est vrai que rester à la maison pour faire le ménage, lessive, repassage, cuisiner .... s'occuper des enfants ce n'est pas très glamour. Mais lorsque c'est un homme qui s'y colle ...
C'est avec beaucoup d'humour que l'auteur nous raconte sa vie de PAF à travers son personnage Marius.
Entre nous, j'espère qu'il ne lui est pas arrivé la totalité des évènements de son récit !
Non seulement, ce pauvre Marius se voit contraint de rester au foyer mais sa tendre et chère épouse obnubilée par son travail, lui fait subir un déménagement et le terre au fin fond de la Dordogne dans le petit village de Dorliac avec leurs 3 garçons.
Du coup il va ranger au placard ses désirs et activités littéraires et jongler avec les tâches ménagères, l'éducations des enfants, l'assaut de quelques mamans attendries par sa situation, la jalousie et un réveillon de Noël bien particulier !
Je connaissais le ton humoristique de l'auteur mais avec ce roman, il se surpasse.
Il donne au lecteur une vue positive de la situation grâce à l'ironie de son personnage. 
Son écriture est fluide ce qui donne une lecture dynamique avec des chapitres très cocasses et des réparties d'enfants mémorables ! Ah, les enfants ... !
Bref, de très bons moments de lecture et Marius est un PAF bien sympathique !


Lecture de décembre 2017
Roman